Caveabulles.fr

Pendant plusieurs années, les producteurs qui avaient choisir de faire du « bio » étaient considérés comme des hurluberlus. L’organisation du grand salon « bio » en fin janvier 2016 à Montpellier prouve un changement de cap non négligeable.

La bio se réglemente et les meilleurs producteurs en sont intéressés et la différence est notoire dans les vins. Il ne faut pas oublier l’impact, élevé, sur la santé qui pourrait provoquer dans quelques temps, un vrai boom.

Millésime Bio, le grand salon qui a rassemblé fin janvier 2016 près de 900 producteurs venus du monde entier à Montpellier, vient de baisser ses rideaux. En quelques années, on a vu un type de producteur différent ou encore d’un genre nouveau. Premièrement, la normalisation a pris totalement place. Il y a des années de cela encore, plusieurs producteurs déclaraient qu’ils étaient « bio », mais je ne passe pas la certification, car je veux conserver une porte de sortie en cas de problème ». En ce qui concerne le salon bio, le choix est connu : le vin est certifié ou pas. N’y sont autorisées que les cuvées qui sont bel et bien certifiées et la certification est contrôlée : aucun vins en conversion, et aucune légèreté.

Désormais, tous les producteurs sérieux ont subi la certification. Tous ceux qui le disent et qui ne sont pas certifiés sont souvent considérés comme des fraudeurs. D’ailleurs, rien qu’en faisant le constat dans les vignes on se rend compte qu’ils ne le sont pas. On remarque aussi que, le mouvement « baba cool » insalubre avec des vins pas très propres n’existe pas. Ils n’ont pas passé subi les épreuves de la certification et ils ont été éliminés. Ils sont classés dans d’autres organisations, vins naturels, vins natures, et se mettent derrière quelques platoniciens qui, réalisent en fait un très travail excellent. Sans l’hygiène on ne peut faire du bon vin.

La tendance de la bio devient internationale et se généralise. Dans les portées de Millésime Bio, on avait des espagnols, des anglais, des allemands, des italiens. Sur les 900 producteurs qui prenaient part au salon il y avait 200 qui étaient étrangers. On en aurait vu plus si les organisateurs n’avantageaient pas méthodiquement les producteurs du Languedoc-Roussillon qui sont venus nombreux, ce qui représente à la fois très une estime, mais également un obstacle en gardant le salon au niveau régional.

Corinne

A propos de Corinne

Voir tout ses articles

Je suis ici pour relayer des informations en dehors du Vin. J'espère que les lecteurs assidus ne m'en voudront pas trop :)

Cela pourrait également vous intéresser